Agressions psychologiques: un délit à définir et à prouver – Républicain Lorrain

Posté le Dimanche 13 décembre 2009

Le futur « délit de violences psychologiques au sein du couple » sera difficile à mettre en oeuvre, même s’il est salué par certains juristes.

La création d’un tel type de délit est considérée par des juristes comme essentielle à la défense des droits des femmes mais qualifiée par d’autres d’ « effet d’annonce » impossible à mettre en oeuvre.

« C’est l’aboutissement d’un long combat pour toutes ces femmes qui souffrent » , s’est félicitée Yael Mellul, avocate spécialisée dans la défense des femmes victimes de maltraitances, après l’annonce par François Fillon de la création prochaine de ce type de délit. Pour elles, « menaces, pressions financières, harcèlement, chantage, insulte, diffamation, dénigrement, isolement social » pourraient figurer au chapitre de ces violences psychologiques, « aussi destructrices que les violences physiques ». Il faut aider les victimes à nommer l’intolérable et à porter plainte pour ces violences qui, selon l’avocate, sont souvent le prélude à des violences physiques.

Les déclarations du Premier ministre « nous paraissent plus relever d’un effet d’annonce que d’une réalité possible à mettre en oeuvre » , a en revanche estimé Laurent Bedouet , secrétaire général de l’Union syndicale des magistrats, ou USM, majoritaire. « On a déjà bien du mal dans une entreprise à apporter les preuves du harcèlement moral et à prouver au sein du couple les violences physiques, alors on ne voit pas comment, concrètement , on va pouvoir définir les éléments constitutifs d’une telle infraction et en apporter la preuve », a-t-il ajouté. Selon lui, « le gouvernement ferait mieux d’investir dans des foyers d’accueil pour personnes en détresse , plutôt que de mener ce type d’opération de communication ».

« Il y a des choses plus faciles que d’autres à prouver, à constater médicalement » a admis Guillaume Didier, porte-parole du ministère de la Justice, mais « les violences psychologiques peuvent également être prouvées, par des témoignages, des expertises… ». Il n’est pas question de « pénaliser les tensions qui peuvent exister dans un couple », mais les violences psychologiques « inacceptables », a-t-il souligné.

 

Principe du bracelet anti-hommes violents:

1) La femme protégée est équipée d’un boitier GPS qui sonne si l’ex -conjoint dangeureux approche à moins de 500m.

2) Le compagnon violent porte un bracelet qui permet de le localiser , ainsi qu’un boitier qu’il doit recharger chaque jour. S’il s’en sépare, l’alarme se déclenche.

3) La troisième étape se situe au niveau du centre de contrôle, c’est-à dire un poste des forces de l’ordre. Là est installée une carte de géolocalisation indiquant la position, en temps réel, de l’homme équipé du bracelet .
Si l’agresseur pénètre dans le périmètre interdit, un opérateur prévient la victime pour qu’elle se mette à l’abri. Dans le même temps, la police est avertie et téléguidée vers l’homme pour le neutraliser.

Source : Le républicain Lorrain – Relevé par Mathieu Belza

aemf @ 18:14
Enregistré dans Articles relevés dans la presse
La statistique du jour …

Posté le Jeudi 10 décembre 2009

… 3,7% des femmes seulement se trouvent belles.

Serait ce, par hasard, dû à la publicité, à la presse dite féminine, aux cosmétiques, etc, qui nous écrasent avec leur image de la femme zéro défaut (et retouchée sous Photoshop) ?

aemf @ 23:17
Enregistré dans Articles écrits par l'AEMF
Violences conjugales: l’arsenal juridique renforcé par le gouvernement – Républicain Lorrain

Posté le Jeudi 3 décembre 2009

Le gouvernement a annoncé mercredi 25 novembre une série de mesures destinées à renforcer la lutte contre les violences conjugales ,ce qui passera par la création d’un délit de violences psychologiques au sein du couple ou par l’expérimentation du bracelet électronique pour contrôler l’éloignement du conjoint violent.
 
Près de 160 femmes sont mortes en 2008 sous les coups de leur compagnon tandis que près de 700 000 ont été victimes de violences en deux ans.
 
La lutte contre le fléau sera “la grande cause nationale” 2010, avec des campagnes de com, des colloques, des débats, a confirmé François Fillon. “En matière pénale , le délit de violences psychologiques au sein du couple va être consacré par le législateur” dixit ce dernier. En matière civile, il désire vouloir créer un “régime juridique de protection” afin de protéger dans l’urgence certaines victimes avant même que celles-ci n’aient décidé de porter plainte. dans ce type de violences, en effet, les victimes hésitent à porter plainte contre leur agresseur. Les mesures d’éloignement des auteurs de violence , actuellment applicables aus seuls conjoints mariés, vont désormais être étendues aux personnes pacsées ou vivant en concubinage.
“Le gouvernement est également prêt à examiner” la création d’un délit de mariage forcé, a aussi précisé le Premier ministre.
 
Par ailleurs , “nous allons lancer l’expérimentation d’un dispositif de surveillance électronique pour contrôler l’effectivité de la mesure d’éloignement du conjoint violent”,a poursuivi le chef du gouvernement. Cette mesure sera testée dès le début 2010 comme une alternative aux poursuites ou une modalité d’exercice de la peine, a-t-il détaillé. La secrétaire d’Etat à la famille, Nadine Morano, a précisé que le bracelet électronique serait expérimenté en 2010 dans “deux, voire trois départements”. En Espagne , les autorités ont mis à disposition des tribunaux du pays 3000 bracelets. Actuellement, 58 hommes en sont munis sur ordre d’un juge.
 
Plusieurs des mesures annoncées répondent aux demandes des associations féministes mais certaines organisations , comme la Ligue des droits de l’Homme, auraient désiré un dispositif plus large, de type loi-cadre. Le ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner a demandé la désignation d’un rapporteur sur les droits des femmes au Conseil des droits de l’homme de l’ONU.

Source : Le Républicain Lorrain. Relevé par Mathieu Belza.

aemf @ 12:47
Enregistré dans Articles relevés dans la presse
Un film débat au Caméo ce 26 novembre

Posté le Mercredi 25 novembre 2009

Le jeudi 26 novembre à 20h15, le cinéma Caméo de Metz projette un film traitant de la domination masculine ; il sera suivi d’un débat sur le sujet avec le réalisateur, Patrick Jean.

Un film débat au Caméo ce 26 novembre dans Annonces de nos actions 19183943

Un petit résumé du film :

On tient enfin le film indispensable, incontournable pour évoquer auprès de nos chères têtes blondes, un sujet qui gangrène vos salles de classe de manière frontale ou plus insidieuse : le sexisme et son corollaire l’homophobie. La Domination Masculine a l’immense avantage de parvenir à montrer de manière simple, parfois drôle malgré la gravité du sujet, et à partir d’une enquête rigoureuse menée en France, en Belgique et au Québec, une évidence pourtant souvent contestée par les machos de tout poil : malgré les combats féministes et leurs acquis, nous vivons toujours, même en Occident, dans une société patriarcale, où dès le plus jeune âge les modes de représentation sexués sont imposés, où la représentation de l’homme et de la femme dans le monde du travail est extrêmement codifiée et où les violences faites aux femmes sont toujours un fléau et, ce dans tous les milieux sociaux. Le film commence avec humour par une incursion dans une clinique de chirurgie très spéciale où les messieurs se sentant insuffisamment pourvus par dame nature viennent gagner un peu de virilité. Et il est assez fascinant de voir combien ceux qui se croient inférieurs de quelques deux ou trois centimètres se sentent pronfondément diminués, pathétique conséquence des schémas véhiculés régulièrement sur la masculinité. Puis le film s’en va dans un magasin de jouets où l’on constate atterrés combien les fabricants perpétuent les clichés sexistes, prévoyant pour les petites filles des machines à laver miniatures ou des fers à repasser, des déguisements exclusivement de princesses tandis que les garçons seront eux des super-héros. Puis, plus grave, le film aborde de manière bouleversante les violences faites aux femmes à travers le témoignage de victimes, mais aussi d’un cogneur a priori repenti. Et il met en lumière la manière dont aujourd’hui tout un mouvement « masculiniste », particulièrement florissant au Québec, mais qui essaime aussi en Belgique et en France, tente de relativiser la gravité des faits, faisant même des hommes de pauvres victimes, des « prédateurs sexuels castrés dans leur destin naturel ». Un discours qui tend à se banaliser et à se radicaliser. On est stupéfait d’apprendre que Marc Lépine, un psychopathe qui tua délibérément quatorze femmes à l’Université de Montréal, par haine avouée du féminisme, fait l’objet d’un culte aujourd’hui… Une joyeuse bande de tarés qui bien qu’issus généralement des milieux d’extrême-droite, déclarent qu’une « victoire des islamistes permettrait une victoire des hommes ». Autant dire que le film de Patric Jean a une valeur d’alerte essentielle alors que les témoignages du sexisme se multiplient.

Critique de « Télérama » :

 passable

« Rien de nouveau sous le soleil depuis Bourdieu : la domination masculine demeure ; telle est la thèse de ce documentaire volontiers provocateur, qui oscille entre séquences fortes et raccourcis maladroits… Ça commence par l’opération d’un homme qui se fait allonger le pénis et ça finit sur le massacre de quatorze féministes canadiennes par un phallocrate fou…

A l’image d’une installation ironique de son cru (un mur patchwork, couvert de photos et d’affiches à l’effigie du dieu Phallus), Patric Jean signe un film mosaïque, voire fourre-tout. A vouloir évoquer tous les enjeux liés au sujet – le retour aux valeurs du patriarcat, le conditionnement socio-culturel des sexes, la valorisation des attributs de la virilité, le phénomène des femmes battues -, il survole certains thèmes et s’attarde sur d’autres. Une volonté d’exhaustivité qui l’empêche de se concentrer, par exemple, sur la guerre des sexes qui sévit au Québec. Dans la Belle Province, la lutte est sans pitié, en effet, entre les féministes historiques et un nouveau courant de machos bas du front, les « masculinistes ». Tapi sous l’illusion de l’égalité des sexes, le mâle dominant veille toujours… »

Mathilde Blottière.

aemf @ 21:31
Enregistré dans Annonces de nos actions
Le Viagra féminin ?

Posté le Dimanche 22 novembre 2009

Pour ou contre un Viagra féminin ? Et d’ailleurs, est ce possible ?

C’est la question qu’on se pose en apprenant que le laboratoire allemand Boheringer Ingelheim, en étudiant une nouvelle molécule, la Flibansérine, lui découvert des vertus inattendues : son action cérébrale antidépressive agirait également sur le désir et surtout, sur l’orgasme féminin. L’équipe commence donc en ce moment des essais cliniques sur cinq mille femmes pour tester l’efficacité de cette molécule, et annonce d’ors et déjà sa commercialisation pour 2011, sous forme d’une pilule appellée l’Ectris.

Ce laboratoire allemand n’est pas précurseur en la matière : une autre tentative a été lancée en février 2007 par Procter et Gamble, sous la forme d’une sorte de patch, qui, collé sur l’abdomen de la femme, diffuse de la testostérone, hormone censée faciliter l’orgasme. Mais les effets secondaires ne sont pas moindres : modification de la voix, acné, prise de poids, augmentation de la pilosité … ainsi que cancers du sein et autres accidents cardiovasculaires ! Ce patch n’est donc aujourd’hui commercialisé que dans le cadre d’un traitement de baisse de la libido chez les femmes qui ont subi une ovariectomie (ablation des ovaires) et une hystérectomie (ménopause provoquée chirurgicalement).

Ectris aura t elle davantage de succès et surtout, y’a t il une demande de cet ordre chez les femmes ?

A suivre …

JL.

Le Viagra féminin ? dans Articles écrits par l'AEMF 200903181874_zoom

aemf @ 13:41
Enregistré dans Articles écrits par l'AEMF
1...3132333435