• Accueil
  • > Articles relevés dans la presse

Catégorie

Archive pour la catégorie « Articles relevés dans la presse »

Emploi : des progrès chez les femmes – Républicain Lorrain

En moyenne, 7,4 % de la population était au chômage en 2009. Si certaines catégories de la population  peinent à retrouver du travail, les jeunes diplômées sont de moins en moins confrontées au chômage . 

Le chômage qui est très élevé avant 25 ans, a régressé en 2008 parmi les jeunes femmes diplômées.  Quelques données : 

1) L’érosion du CDI a continué (86,8% des salariés contre 87,6% en 2003) et la proportion de temps partiel s’est maintenue à 16% de salariés comme en 2003, dont une majorité de femmes (83%). Les femmes constituent les trois-quarts des personnes en sous-emploi, donc désireuses de travailler plus. 

2) La population active reste dynamique sous l’effet d’un accroissement démographique et d’un taux d’activité féminin en hausse.

Article tiré du Républicain Lorrain du 22 décembre 2009 par Mathieu Belza. 



Agressions psychologiques: un délit à définir et à prouver – Républicain Lorrain

Le futur « délit de violences psychologiques au sein du couple » sera difficile à mettre en oeuvre, même s’il est salué par certains juristes.

La création d’un tel type de délit est considérée par des juristes comme essentielle à la défense des droits des femmes mais qualifiée par d’autres d’ « effet d’annonce » impossible à mettre en oeuvre.

« C’est l’aboutissement d’un long combat pour toutes ces femmes qui souffrent » , s’est félicitée Yael Mellul, avocate spécialisée dans la défense des femmes victimes de maltraitances, après l’annonce par François Fillon de la création prochaine de ce type de délit. Pour elles, « menaces, pressions financières, harcèlement, chantage, insulte, diffamation, dénigrement, isolement social » pourraient figurer au chapitre de ces violences psychologiques, « aussi destructrices que les violences physiques ». Il faut aider les victimes à nommer l’intolérable et à porter plainte pour ces violences qui, selon l’avocate, sont souvent le prélude à des violences physiques.

Les déclarations du Premier ministre « nous paraissent plus relever d’un effet d’annonce que d’une réalité possible à mettre en oeuvre » , a en revanche estimé Laurent Bedouet , secrétaire général de l’Union syndicale des magistrats, ou USM, majoritaire. « On a déjà bien du mal dans une entreprise à apporter les preuves du harcèlement moral et à prouver au sein du couple les violences physiques, alors on ne voit pas comment, concrètement , on va pouvoir définir les éléments constitutifs d’une telle infraction et en apporter la preuve », a-t-il ajouté. Selon lui, « le gouvernement ferait mieux d’investir dans des foyers d’accueil pour personnes en détresse , plutôt que de mener ce type d’opération de communication ».

« Il y a des choses plus faciles que d’autres à prouver, à constater médicalement » a admis Guillaume Didier, porte-parole du ministère de la Justice, mais « les violences psychologiques peuvent également être prouvées, par des témoignages, des expertises… ». Il n’est pas question de « pénaliser les tensions qui peuvent exister dans un couple », mais les violences psychologiques « inacceptables », a-t-il souligné.

 

Principe du bracelet anti-hommes violents:

1) La femme protégée est équipée d’un boitier GPS qui sonne si l’ex -conjoint dangeureux approche à moins de 500m.

2) Le compagnon violent porte un bracelet qui permet de le localiser , ainsi qu’un boitier qu’il doit recharger chaque jour. S’il s’en sépare, l’alarme se déclenche.

3) La troisième étape se situe au niveau du centre de contrôle, c’est-à dire un poste des forces de l’ordre. Là est installée une carte de géolocalisation indiquant la position, en temps réel, de l’homme équipé du bracelet .
Si l’agresseur pénètre dans le périmètre interdit, un opérateur prévient la victime pour qu’elle se mette à l’abri. Dans le même temps, la police est avertie et téléguidée vers l’homme pour le neutraliser.

Source : Le républicain Lorrain – Relevé par Mathieu Belza



Violences conjugales: l’arsenal juridique renforcé par le gouvernement – Républicain Lorrain

Le gouvernement a annoncé mercredi 25 novembre une série de mesures destinées à renforcer la lutte contre les violences conjugales ,ce qui passera par la création d’un délit de violences psychologiques au sein du couple ou par l’expérimentation du bracelet électronique pour contrôler l’éloignement du conjoint violent.
 
Près de 160 femmes sont mortes en 2008 sous les coups de leur compagnon tandis que près de 700 000 ont été victimes de violences en deux ans.
 
La lutte contre le fléau sera “la grande cause nationale” 2010, avec des campagnes de com, des colloques, des débats, a confirmé François Fillon. “En matière pénale , le délit de violences psychologiques au sein du couple va être consacré par le législateur” dixit ce dernier. En matière civile, il désire vouloir créer un “régime juridique de protection” afin de protéger dans l’urgence certaines victimes avant même que celles-ci n’aient décidé de porter plainte. dans ce type de violences, en effet, les victimes hésitent à porter plainte contre leur agresseur. Les mesures d’éloignement des auteurs de violence , actuellment applicables aus seuls conjoints mariés, vont désormais être étendues aux personnes pacsées ou vivant en concubinage.
“Le gouvernement est également prêt à examiner” la création d’un délit de mariage forcé, a aussi précisé le Premier ministre.
 
Par ailleurs , “nous allons lancer l’expérimentation d’un dispositif de surveillance électronique pour contrôler l’effectivité de la mesure d’éloignement du conjoint violent”,a poursuivi le chef du gouvernement. Cette mesure sera testée dès le début 2010 comme une alternative aux poursuites ou une modalité d’exercice de la peine, a-t-il détaillé. La secrétaire d’Etat à la famille, Nadine Morano, a précisé que le bracelet électronique serait expérimenté en 2010 dans “deux, voire trois départements”. En Espagne , les autorités ont mis à disposition des tribunaux du pays 3000 bracelets. Actuellement, 58 hommes en sont munis sur ordre d’un juge.
 
Plusieurs des mesures annoncées répondent aux demandes des associations féministes mais certaines organisations , comme la Ligue des droits de l’Homme, auraient désiré un dispositif plus large, de type loi-cadre. Le ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner a demandé la désignation d’un rapporteur sur les droits des femmes au Conseil des droits de l’homme de l’ONU.

Source : Le Républicain Lorrain. Relevé par Mathieu Belza.



Ségolène Royal souhaite distribuer des chèques-contraception dans les lycées de Poitou-Charentes

La présidente de la région Poitou-Charentes Ségolène Royal a annoncé jeudi qu’elle allait envoyer dans les lycées de sa région des « chèques-contraception » qui seront distribués par les infirmières scolaires, sans avoir « pour l’instant » reçu l’aval du ministère de l’Education.

Ces « chèques-contraception » vont être envoyés « en début de semaine prochaine » aux infirmières scolaires des lycées de la région Poitou-Charentes, a annoncé Ségolène Royal sur RMC-Info et BFM-TV. « Je vais le faire quand même », a-t-elle assuré, « malgré le blocage du ministère de l’Education nationale », qu’elle ne « comprend pas ».

En début de soirée, Luc Chatel a estimé que « l’Education nationale ne peut en aucun cas se subtituer au planning familial », « le seul qui est autorisé à prescrire à des mineurs de la contraception sans l’avis de leurs parents ». « Nous sommes là pour accompagner les élèves, nous avons du personnel compétent, qualifié, qui le fait au quotidien, mais nous n’avons pas à prescrire de la contraception, c’est un acte qui est réservé au planning familial », a souligné le ministre de l’Education nationale sur RTL.

Selon Ségolène Royal, chaque carnet, gratuit, offre un ticket qui permet « d’aller faire une consultation médicale gratuite », un deuxième « pour accéder à l’achat de contraceptifs », un autre « pour faire des analyses médicales » et un dernier « pour faire une visite de contrôle ».

« Je veux lutter contre les grossesses précoces des filles mineures », a-t-elle justifié, car quand celles-ci tombent enceintes « soit par défaut d’information, soit parce qu’elles sont isolées, soit parce qu’elles sont en rupture de famille, c’est une grande souffrance ».

Les pilules du lendemain sont déjà distribuées dans les établissements scolaires par les infirmières, a souligné la candidate PS à la dernière présidentielle, rappelant qu’elle avait oeuvré pour cette mesure. Mais « c’est encore mieux de prévenir », a-t-elle ajouté.

AP. Source : Yahoo.fr

Que pensez vous de cette mesure ?



Télérama – Françoise Héritier et Chantal Thomas

A consulter sur le site de « Télérama » :

http://www.telerama.fr/idees/francoise-heritier-et-chantal-thomas-deux-passionnees-de-l-intelligence,45643.php

Intéressants les regards croisés d’une anthropologue et d’une essayiste sur les questions du féminisme et de la société patriarcale. N’hésitez pas à nous faire part de vos impressions!

Aude D.



1...34567