• Accueil
  • > Articles écrits par l'AEMF

Catégorie

Archive pour la catégorie « Articles écrits par l’AEMF »

La loi El Kohmri est une régression pour toutes les femmes!

La loi El Kohmri, ministre-fusible qu’on a choisi jeune, femme et issue des minorités visibles pour mieux déchainer les haines, est une régression sans précédent pour les droits des femmes et des hommes. Pour nos droits.

Mais il faut dire la vérité : si elle nous impacte tous, cette loi est particulièrement destructrice pour les droits des femmes, premières victimes de la précarité en France et en Europe. Premières victimes de ces temps partiels non choisis, premières victimes des difficultés à accéder à des postes à responsabilités, premières victimes des situations traumatisantes (violences, abus…).

Cette loi et la manière dont elle est portée, sont symptomatiques de la place des femmes dans la société française et particulièrement, en politique. Une femme se retrouve au centre d’une instrumentalisation commandée par plus stratège qu’elle (Macron toujours en embuscade libérale, Valls songeant surtout à son avenir politique). Une femme se retrouve jouer le mauvais rôle. Il y a des précédents historiques (Edith Cresson), les procès en incompétences (Ségolène Royal, Martine Aubry, Cécile Duflot…) et sous-entendus et railleries sexistes (récemment encore à l’encontre de Barbara Pompili) sont légion dans le milieu. Mais tout de même. C’est encore une femme qui joue le mauvais rôle. C’est encore une femme qu’on envoie au casse-pipe. Ce qui dit beaucoup du courage politique masculin. Il est triste pour Myriam El Kohmri d’abdiquer à ce point ses convictions.

En revenant sur la durée légale du temps de travail (35h déjà largement torpillées par les multiples textes de lois), en plafonnant les indemnités prudhommales en cas de licenciement abusif et en privilégiant les accords d’entreprises au code du travail fixé pour tous par la loi, c’est une femme qui contribue à réduire à néant ce qu’il avait fallu des années de lutte sociale pour acquérir.

Et qu’on ne nous dise pas que le texte est mal compris et que l’objectif est de réduire le chômage. Il faudra nous expliquer comment en faisant travailler plus les mêmes employés (la création d’emploi implique de payer des charges supplémentaires pour les chefs d’entreprise) et en les licenciant plus facilement, il peut y avoir création d’emploi. Il faudra vraiment nous expliquer.

Pour toutes ces raisons, mobilisons-nous !

Florence Lhote, Présidente-fondatrice de l’AEMF

Signez la pétition en faveur de son retrait : loitravail.lol



L’AEMF à la 4ème Marche Mondiale des Femmes

Dans le cadre de la 4ème Marche Mondiale des Femmes, l’AEMF sera présente à la Rencontre Méditerranéenne « Femmes face aux extrémismes » à Marseille à la Faculté Saint-Charles ce week-end, les 19 et 20 septembre.

Femmes face aux extrémismes

A l’origine de cette Rencontre : la montée des extrêmes droites en Europe. Rencontres, discussions et projets d’actions sont prévus tout au long de la journée de samedi, de 9h à 18h. A 18h30, une présentation de la Caravane Européenne de la Marche Mondiale des Femmes est prévue suivie d’une marche en direction du Vieux-Port à 19h.

Le 20 septembre sera, lui, consacré aux travaux en commun avec le Mouvement de la Paix et à la présentation du parcours européen de la caravane féministe de la MMF. La Marche mondiale a débuté le 8 mars 2015 à Kobané, ville-symbole de la tentative d’oppression des femmes par le groupe terroriste El et de sa résistance. Elle fera étape à Marseille ce week-end.

 



Réunion et recommandations de « Pékin + 20″

Un Forum des ONG et associations pour l’amélioration des conditions de vies des femmes dans le monde s’est tenu, du 3 au 5 novembre, à Genève au siège de l’ONU. Il était présidé par Nyaradzayi Gumbonzvanda, présidente du Comité des Femmes à l’ONU et Simone A. Ovart, co-organisatrice. Objectif de « Pékin + 20″ : célébrer le vingtième anniversaire de la plateforme d’actions du Forum tout en analysant l’efficacité des mesures prises. Quelles sont les évolutions? Cette réunion a permis d’élaborer de nouvelles recommandations. L’A.E.M.F. y était représenté par sa présidente, Florence Lhote.

« Sortie de l’austérité économique »

L’association, basée en France, a rappelé que la sortie de l’austérité économique et budgétaire dans la zone UE était un préalable à toute politique en faveur de l’égalité femmes-hommes. Des associations et ONG espagnoles ont exprimé le même avis. Plusieurs sessions ont complété ces deux jours de débat, parmi lesquelles la session « Femmes et Environnement ». La clé du futur? La Suédoise Ewa Larsson, Présidente de « Green Women » s’est exprimé sur les « difficultés » mais « la nécessité de collecter des fonds pour les entreprises de femmes en faveur de l’écologie « . La transition énergétique est annoncée comme fort bassin d’emploi potentiel pour les années à venir.

La Déclaration du Forum des ONG de Genève « Pékin +20″ est consultable à cette adresse: http://beijing20.ngocsw-geneva.ch/

 

 



Forum Pékin+20 du 3 au 5 novembre à Genève

La Commission de la condition de la femme des Nations-Unies (CSW) à Genève organise un Forum des ONG à Genève du 3 au 5 novembre prochain. Cette manifestation se tient en parallèle de la Commission économique pour l’Europe (CEE) les 6 et 7 novembre. L’objectif est d’examiner les progrès réalisés depuis la Quatrième conférence mondiale sur les femmes en 1995 à Pékin.

Ce Forum dressera un bilan des avancées réalisées dans les 12 domaines principaux de travail de la plateforme d’action de Pékin. L’A.E.M.F. sera représentée à ce Forum par sa présidente.



Vivastreet complice de l’esclavage domestique?

Vivastreet complice de l’esclavage domestique ?

C’est la question qu’on peut se poser au vu de cette annonce « spéciale étudiantes » postée sur son site par un « jeune cadre dynamique » tel qu’il se présente !

«  Je propose à une étudiante un hébergement dans mon studio à Orsay (38 m²).
Je suis un jeune cadre dynamique de 25 ans.
Le loyer et la responsabilité du studio seront entièrement à ma charge, mais les tâches ménagères (nettoyage, linge, repassage, etc), les courses (avec remboursement), les poubelles, la cuisine, etc seront à la charge de l’hébergée et devront être régulières.
Le studio est équipé d’un canapé dépliant confortable (et neuf). »

Ouf ! L’étudiante-femme de ménage pourra se reposer de son dur labeur sur « un canapé dépliant confortable » ! Le « jeune cadre dynamique »  ne tolérera cependant pas les sans-papiers :

« Il sera demandé à l’hébergée la photocopie d’une pièce d’identité (ou passeport) valable. »

On croit rêver !



123456