• Accueil
  • > Archives pour février 2011

Archives

Archive pour février 2011

Les questions stupides à ne pas poser à un transexuel.

« La féminité n’est pas définie par l’absence de pénis. J’ai entendu beaucoup de gens plaisanter sur le fait que quelqu’un dont on coupe le pénis devient une femme. Surprise ! Être une femme ne se résume pas à ne pas avoir de pénis. »

Image de prévisualisation YouTube



Et pendant ce temps …

… l’AEMF s’active et concocte une petite surprise pour la fin du mois de mars ….

Plus d’informations très très bientôt ici même !

Et pendant ce temps ... dans Annonces de nos actions surprise



Femmes aux commandes, quotas, temps partiel, et prise en charge des enfants

Comment peut on avoir une famille et travailler en même temps, telle est la question clé que devra résoudre la société allemande dans les années qui viennent, selon le Frankfurter Allgemeine Zeitung.

Bien des jeunes femmes sans attaches, disponibles et présentant bien qui plus est, « se demandent certes comment on peut en arriver à s’arrêter de travailler ou à travailler à temps partiel parce que l’on a un enfant. »
« Mais quelques années plus tard, après avoir entamé avec succès leur carrière et être devenues mère de familles, elles se demandent alors comment on peut travailler encore. »
Ceci explique pourquoi de nombreuses jeunes femmes membres de la CSU bavaroise ont voté contre l’instauration de quotas de femmes dans les directions du parti.
Si les quotas ont sans doute «fait bouger» les choses dans les services publiques et les partis politiques, ils peuvent de créer à leur tour une sélection, une discrimination. Imposer un quota de femmes dans les directions d’entreprises serait une intervention directe dans l’économie qui pourrait en entraîner d’autres -pourquoi ne pas ouvrir aux femmes les clubs réservés aux hommes par exemple. C’est le cadre de vie des femmes et des familles qui devrait être amélioré, jusqu’au poste de travail. Et le travail à temps partiel doit être considéré comme un travail aussi honorable qu’un emploi à temps plein.
La famille est une affaire privée, la devise était de rigueur dans le monde de l’économie pendant des décennies, rappelle die Welt . Les femmes quittaient leur emploi à la naissance de leur premier enfant et les pères accumulaient les heures de travail. Tout cela est du passé. Le modèle du père de famille qui gagne l’agent du ménage est en recul, même en Allemagne?
Un nombre croissant de femmes ne veulent plus avoir à choisir entre les enfants et la carrière. La question de la compatibilité entre le temps de travail et la vie familiale ne se pose pas seulement pour les enfants d’ailleurs mais aussi pour les parents à charge dont il faut prendre soin.
La signature par le gouvernement et les dirigeants des organisations d’entreprises d’une charte du temps de travail compatible avec la vie familiale, démontre qu’ils ont compris l’importance de cette question pour l’avenir. Alors que les cadres et les salariés qualifiés vont devenir de moins en moins nombreux.
La chancelière a choisi de soutenir cette démarche, partagée par sa ministre de la famille, Kristina Schröder et de s’opposer à la ministre du travail Ursula von der Leyen, partisane de son côté de quotas féminins stricts dans les directions d’entreprises.
Il ne faut pas croire pour autant que cette revendication a vécu. Le débat renaîtra tant la frustration des femmes qui constatent que leur investissement dans la formation, dans la vie économique, n’est pas récompensé à sa juste mesure. L’Allemagne a autant besoin de voir le nombre de femmes se renforcer à la tête des entreprises que d’aménager le temps de travail en fonction des exigences familiales.
« A l’est de l’Allemagne les femmes dirigent », selon une étude récente de l’institut du Marché du travail et des recherches professionnelles (IAB), souligne le Berliner Zeitung -le principal quotidien de Berlin-est. Elles ont occupé plus de postes de direction au cour des dernières décennies qu’à l’ouest, même sans quotas féminins, dans les services publics en particulier. De 2000 à 2007 la proportion de cadres dirigeantes dans les entreprises privées a progressé de 3%, atteignant 24% dans l’ensemble de l’Allemagne, et 29% en Allemagne de l’est.
Dans les services publics la progression a été de quatre points dans l’ensemble de l’Allemagne, avec 33% de femmes cadres dirigeants. Mais à l’est la croissance a été de 6%, atteignant 45%, contre 29% seulement à l’ouest.
Ces différences s’expliquent par une meilleur prise en charge des enfants à l’est qu’à l’ouest et par des perspectives de vie et de carrières différentes, selon l’IAB. Les femmes ont des enfants plus tôt à l’est. L’éducation et le déroulement de carrière sont donc moins conflictuels. Les femmes à l’est travaillent beaucoup plus souvent à plein temps, même quand elles ont des enfants. Elles interrompent moins leurs activités professionnelles lors des naissances. Alors que les femmes à l’ouest de l’Allemagne prennent plus souvent un congé pour s’occuper de leur enfant, ou bien ne travaillent plus qu’à temps partiel. Ce qui rend difficile leur promotion à la direction. L’avance des femmes de l’est se réduit cependant en raison de la croissance du travail à temps partiel et de la réduction des avantages pour les femmes qui ont des enfants.

Source : http://www.michel-verrier.com/revue-presse-allemagne/ - Merci à Aude !



L’AEMF transmet cette information à ses lecteurs.

Dans un mois, nous serons le 8 mars. Un peu partout, à la télévision, à la radio, dans la presse écrite, la France célèbrera la journée de « la » femme.

A cette occasion, le collectif féministe Debout !  invite chacun et chacune à exprimer et partager son avis sur une question très simple :

*** Si aujourd’hui, c’est la journée de la femme, selon vous LA FEMME c’est quoi aujourd’hui ?***

Toute personne, homme ou femme, individu ou collectif, organisé-e ou non, anonyme ou non, peut apporter sa contribution d’un simple mot ou pamphlet d’une page selon son inspiration et l’envoyer à l’adresse suivante : contact@collectif-debout.org.

Nous afficherons les réponses au fil du mois sur le site du collectif (http://collectif-debout.org). Et le 8 mars 2011, nous diffuserons dans la presse et dans les rues de Nancy un medley des contributions les plus surprenantes, intéressantes, inquiétantes, bouleversantes, pétillantes…

Nous comptons sur vous pour que cette prochaine journée de lutte pour les droits des femmes ne se résume pas à 24h de bonne conscience.

Cordialement,

Amitiés féministes

Le collectif Debout !

http://collectif-debout.org

contact@collectif-debout.org



« Quand la femme est grillagée … »

Image de prévisualisation YouTube

 

Écoutez ma chanson bien douce
Que Verlaine aurait su mieux faire
Elle se veut discrète et légère
Un frisson d’eau sur de la mousse
C’est la complainte de l’épouse
De la femme derrière son grillage
Ils la font vivre au Moyen Âge
Que la honte les éclabousse

{Refrain:}
Quand la femme est grillagée
Toutes les femmes sont outragées
Les hommes les ont rejetées
Dans l’obscurité

Elle ne prend jamais la parole
En public, ce n’est pas son rôle
Elle est craintive, elle est soumise
Pas question de lui faire la bise
On lui a appris à se soumettre
À ne pas contrarier son maître
Elle n’a droit qu’à quelques murmures
Les yeux baissés sur sa couture

{Refrain}

Elle respecte la loi divine
Qui dit, par la bouche de l’homme,
Que sa place est à la cuisine
Et qu’elle est sa bête de somme
Pas question de faire la savante
Il vaut mieux qu’elle soit ignorante
Son époux dit que les études
Sont contraires à ses servitudes

{Refrain}

Jusqu’aux pieds, sa burqa austère
Est garante de sa décence
Elle prévient la concupiscence
Des hommes auxquels elle pourrait plaire
Un regard jugé impudique
Serait mortel pour la captive
Elle pourrait finir brûlée vive
Lapidée en place publique

{Refrain}

Jeunes femmes, larguez les amarres
Refusez ces coutumes barbares
Dites non au manichéisme
Au retour à l’obscurantisme
Jetez ce moucharabieh triste
Né de coutumes esclavagistes
Et au lieu de porter ce voile
Allez vous-en, mettez les voiles

Pierre Perret – chanson de février 2010