Aux Etats-Unis, un traitement hormonal anti-lesbiennes inquiète

Posté le 3 août 2010

Aucune chance que votre petite fille devienne lesbienne ? C’est ce que proposeraient des chercheurs américains. Une injection de stéroïde à la femme enceinte permettrait de sauver l’hétérosexualité de leur enfant.

Le débat fait rage aux Etats-Unis. L’expérimentation d’un traitement hormonal, censé prévenir l’homosexualité des petites filles, a débuté dans une clinique réputée de New York.

Au départ il s’agissait avant tout de prévenir « l’hyperplasie congénitale des surrénales » (HCS), une pathologie qui touche certaines fillettes (une sur 15 000) et entraîne voix grave, pilosité faciale ou encore formation d’un appareil génital « ambigu ». Pour prévenir cette pathologie, les médecins proposent donc aux femmes enceintes un traitement à base de stéroïdes pour réduire les taux excessifs d’androgène.

Seul petit bémol, certains commencent déjà à craindre un « remède miracle contre l’homosexualité » féminine. Le docteur New, participant aux recherches, a en effet évoqué « la masculinisation des jeux d’enfants, du métier choisi, des préférences dans l’adolescence et à l’âge adulte, l’absence de l’instinct maternel et l’orientation sexuelle ambiguë, chez les femmes atteintes de HCS ».

Etre lesbienne, une question d’hormones ?

Basé sur la vieille idée selon laquelle l’orientation sexuelle est définie par l’exposition in utero à des hormones, le discours des médecins semble donc limpide : les petites filles doivent devenir « bonnes mères » ! Fini donc le goût des petites voitures, le non-désir d’enfant, et surtout le lesbianisme !

De nombreuses voix se sont fait entendre contre cette étude, si bien que le recherches seraient au point mort. Toujours est-il qu’entre les expériences sud-coréennes effectuées sur des souris et ces découvertes américaines, les lesbiennes pourraient bien être en voie de disparition dans les prochaines années.

www.rue89.fr - Têtu – Margaux Guignard

Il n'y a actuellement pas de commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire