Archives

Archive pour juin 2010

Quand on est la seule femme en réunion … quelle attitude adopter ?

Vu chez Maman Travaille :

Alors que certaines se désolent d’être entourée d’une assemblée de collègues mâles, d’autres adorent ça. Maman travaille est allé interroger ces travailleuses politiquement incorrectes…

« J’ai commencé à travailler à 20 ans  » raconte Sabine, 32 ans aujourd’hui. « J’étais souvent la plus jeune. dans l’agence où je travaillais, je suis passée d’assistante stagiaire à chef de pub, puis en deux ans, chef de groupe et enfin directrice de clientèle. » Aujourd’hui, Sabine vit à Londres où elle est directrice générale adjointe d’une agence de publicité. « A mon niveau, il y a peu d’hommes. je suis toujours la plus jeune de l’assemblée mais aussi souvent la seule femme ».

Dès les premiers jours, Sabine singe les hommes: « Je faisais comme eux, je parlais fort, fumais en travaillant, une fois j’ai même mis une cravate ! » se souvient-elle. Loin d’être un cas à part, les femmes qui tentent de se fondre dans un comportement masculin sont légion, à commencer par les fonctions non féminisées. Ainsi, Françoise Gri, présidente de Manpower, s’est-elle longtemps appelée « président », avant l’intervention de blogueuses féministes mécontentes de cette appellation.

Sabine sent qu’elle dépasse les bornes quand elle se met à noter les secrétaires sur leur physique, comme les autres membres de la réunion. « Là, j’ai mis un grand stop à tout ça. Je leur ai dit: à partir d’aujourd’hui, on ne fume plus, on ne jure plus, on ne note plus les secrétaires sur leur cul ! »

Pour Iris en revanche, dès le début, être une femme a été perçu comme un atout. Cette RRH de 28 ans « fait la fille » comme elle dit. Elle porte des talons aiguilles et des robes « fashion ». « En 4 ans, je n’ai jamais réglé un seul rétroprojecteur. Il se trouve toujours un homme pour le faire pour moi. » Elle va même plus loin en abusant presque de son genre: « Je n’ai jamais payé un déjeuner d’affaires de ma vie. Mes notes de frais sont ridiculement basses, il se trouve toujours un galant homme bien élevé pour m’inviter, ou me raccompagner » dit-elle, à la limite de la pique-assiette.

Katia, qui travaille dans le bâtiment et les travaux publics, joue quant à elle sur le terrain de la mamma. « Tous les matins je fais le café pour toute mon équipe: que des hommes. Je vais chercher les croissants par exemple quand on bosse le week-end et ces attentions, ces qualités féminines font qu’ils me trouvent maternante et agréable » estime cette mère de trois enfants.

Et vous ? Comment vous comportez-vous quand vous êtes la seule femme de l’assemblée ? Est-ce que vous vous posez la question, est-ce que vous restez naturelle, est-ce que vous crachez par terre ou est-ce que vous forcez le trait quitte à jouer à la fifille ?

http://yahoo.mamantravaille.fr/maman_travaille – M- 2 juin 2010

 

Quand on est la seule femme en réunion ... quelle attitude adopter ? femmes-enceintes-travaille-discrimination



Vu de l’étranger : « Les femmes ne seraient pas très militantes ».

Les femmes sont encore loin d’avoir pris les commandes à égalité avec les hommes; bien que les femmes soient plus diplômées que les hommes, elles sont encore barrées quand il s’agit d’occuper des postes à responsabilités. La parité économique et sociale, désormais inscrite dans la constitution, est restée lettre morte, contournée par les stratégies masculines et souvent  par ceux-là même qui déplorent  les blocages de notre pays. La parité politique, dix ans après son adoption de principe par le Parlement, a fait long feu. Au palmarès de la mixité des gouvernements de l’UE, la France est quinzième.

Les hommes sont ainsi faits qu’ils sont prêts à démonter que les françaises ne sont pas les plus mal loties. Que le monde est peuplé de mâles pour qui la condition féminine est un paillasson. Que les traditions culturelles et les religions sont les meilleurs alliés du machisme dominant. Les trois-quarts des enfants non scolarisés sont des filles et le rite de l’excision est toujours bien vivant. C’est précisément au nom de la diversité culturelle que trop de féministes se taisent face à ces mutilations. Les débats suscités par le voile, puis par la burqa ont montré que la liberté pouvait être une revendication à double usage.

On ne saurait cependant admettre qu’elle soit un obstacle à l’égalité des sexes. Un rapport international a révélé récemment que les pays où cette égalité est la mieux établie -Norvège, Suède et Finlande- sont les plus compétitifs économiquement. Pourquoi ne pas essayer?

Les femmes de l’hexagone auraient tout pour elles, à en croire les observateurs étrangers. D’ailleurs, elles ne seraient pas très militantes. La Française est belle, élégante, cultivée, mène de front vie professionnelle et vie de famille : elle acquiert l’image d’une battante privilégiant sa qualité de vie, selon des observateurs de la presse étrangère et féminine.

« Elle est fidèle à sa réputation aimant les plaisirs et les arts de la vie, belle, mince, élégante. » estime Charles Bremner, correspondant du Times  à Paris, marié à une française ; « la Française intimide énormément, reste très enviée. » Valérie Toranian, directrice de la rédaction de Elle, confirme cette caractéristique nouvelle des femmes : « Une volonté farouche, très française, d’articuler travail et qualité de vie. » 

En revanche, elle apparait peu engagée dans les combats pour ses droits. Le journaliste Ted Stanger,  auteur de Sacrés Français et ex-directeur de Newsweek, constate : « La Française est  militante mais pas inquiète de gagner moins qu’un homme. »

(suite…)



La Poste a décidé d’utiliser son pouvoir pour enrayer la progression des violences faites aux femmes !

Pour saluer la loi votée le 25 février 2010 pour la création d’une ordonnance de protection des femmes victimes de violences, La Poste met en vente depuis le 3 mai des carnets de timbres illustrés par quatre photographes (Paula Allen, Catherine Cabrol, Scarlett Coten, Stéphan Gladieu), qui ont vendu leurs droits au groupe.

La Poste a décidé d'utiliser son pouvoir pour enrayer la progression des violences faites aux femmes !  image_3-2-6ff80

 

La Poste a travaillé en partenariat avec l’association V-Day, créée il y a douze ans par la militante Eve Ensler, auteur et militante américaine que vous connaissez sûrement par sa pièce de théâtre Les Monologues du vagin, qui a fait le tour du monde. Ce mouvement, peu connu en France, est pourtant majeur dans la protection des femmes puisqu’il a réussi jusqu’ici à récolter plus de 70 millions de dollars et à intégrer en 2001 le classement des cent meilleures associations caritatives du mensuel Worth.

 

Capture-2-b172c

Pour faire passer le message tout autour du monde en les collant sur vos lettres, vous pouvez vous procurer ces timbres militants dans n’importe quel bureau de poste ou ici.

Merci à J. pour l’information :)



L’AEMF fait passer cette information de la part du collectif Debout.

<< Amphitrite et Neptune, debout !
Contre les violences et la pauvreté
Pour la marche mondiale des femmes.

Le collectif Debout ! rejoint la marche mondiale des femmes des 12 et 13 juin à Paris et organise un transport collectif au départ de Nancy.

Pour le faire savoir et montrer la détermination des nancéiennes et nancéiens pour la défense des droits des femmes en France et partout dans le monde, nous agirons dès le 2 juin 18h place Stanislas et à travers la ville en faisant participer les statues de Nancy…

Le collectif  Debout ! – créé à l’initiative du syndicat SUD CT 54 et de l’association LesBienNées, rejoint par ATTAC54, ATTAC Strasbourg, Association Différences et Découvertes, Culina, SUD étudiant, Europe Ecologie, Gauche alternative 54, NPA 54 Sud, Parti Socialiste, les Verts Lorraine -  est en marche pour dire notre force organisé-es de manière collective, en associations, groupes, mouvements, avec des expériences, des cultures politiques différentes, mais qui poursuivent un objectif commun : dépasser l’ordre actuel, injuste, qui engendre   violences et pauvreté.
«  en marche » pour exprimer notre droit d’avancer librement, sans contraintes ni empêchements.
«  en marche »  pour exprimer également notre solidarité internationale et notre vigilance vis-à-vis des situations vécues par nos camarades dans d’autres régions du globe.

Nous le dirons haut, fort et en couleur ce mercredi 2 juin à 18h place Stanislas, et les 12 et 13 juin au Forum « Femmes en marche, femmes  en  lutte », ainsi qu’à la manifestation nationale du samedi (16h Place  de  la République à Paris).

Ensemble, nous sommes plus que jamais déterminé-es à marcher pour résister, faire converger nos luttes et construire des alternatives féministes ! Ensemble, nous avons la certitude qu’un autre monde est possible !

Retrouvez tout le programme de la MMF sur le site : http://www.mmf-france.fr/

pour vous joindre à nous, contacter le collectif Debout ! :
Sur Internet : http://collectif-debout.org
E-mail : contact@collectif-debout.org
Téléphone : 06 89 21 25 83  >>



123