Un film débat au Caméo ce 26 novembre

Posté le 25 novembre 2009

Le jeudi 26 novembre à 20h15, le cinéma Caméo de Metz projette un film traitant de la domination masculine ; il sera suivi d’un débat sur le sujet avec le réalisateur, Patrick Jean.

Un film débat au Caméo ce 26 novembre dans Annonces de nos actions 19183943

Un petit résumé du film :

On tient enfin le film indispensable, incontournable pour évoquer auprès de nos chères têtes blondes, un sujet qui gangrène vos salles de classe de manière frontale ou plus insidieuse : le sexisme et son corollaire l’homophobie. La Domination Masculine a l’immense avantage de parvenir à montrer de manière simple, parfois drôle malgré la gravité du sujet, et à partir d’une enquête rigoureuse menée en France, en Belgique et au Québec, une évidence pourtant souvent contestée par les machos de tout poil : malgré les combats féministes et leurs acquis, nous vivons toujours, même en Occident, dans une société patriarcale, où dès le plus jeune âge les modes de représentation sexués sont imposés, où la représentation de l’homme et de la femme dans le monde du travail est extrêmement codifiée et où les violences faites aux femmes sont toujours un fléau et, ce dans tous les milieux sociaux. Le film commence avec humour par une incursion dans une clinique de chirurgie très spéciale où les messieurs se sentant insuffisamment pourvus par dame nature viennent gagner un peu de virilité. Et il est assez fascinant de voir combien ceux qui se croient inférieurs de quelques deux ou trois centimètres se sentent pronfondément diminués, pathétique conséquence des schémas véhiculés régulièrement sur la masculinité. Puis le film s’en va dans un magasin de jouets où l’on constate atterrés combien les fabricants perpétuent les clichés sexistes, prévoyant pour les petites filles des machines à laver miniatures ou des fers à repasser, des déguisements exclusivement de princesses tandis que les garçons seront eux des super-héros. Puis, plus grave, le film aborde de manière bouleversante les violences faites aux femmes à travers le témoignage de victimes, mais aussi d’un cogneur a priori repenti. Et il met en lumière la manière dont aujourd’hui tout un mouvement « masculiniste », particulièrement florissant au Québec, mais qui essaime aussi en Belgique et en France, tente de relativiser la gravité des faits, faisant même des hommes de pauvres victimes, des « prédateurs sexuels castrés dans leur destin naturel ». Un discours qui tend à se banaliser et à se radicaliser. On est stupéfait d’apprendre que Marc Lépine, un psychopathe qui tua délibérément quatorze femmes à l’Université de Montréal, par haine avouée du féminisme, fait l’objet d’un culte aujourd’hui… Une joyeuse bande de tarés qui bien qu’issus généralement des milieux d’extrême-droite, déclarent qu’une « victoire des islamistes permettrait une victoire des hommes ». Autant dire que le film de Patric Jean a une valeur d’alerte essentielle alors que les témoignages du sexisme se multiplient.

Critique de « Télérama » :

 passable

« Rien de nouveau sous le soleil depuis Bourdieu : la domination masculine demeure ; telle est la thèse de ce documentaire volontiers provocateur, qui oscille entre séquences fortes et raccourcis maladroits… Ça commence par l’opération d’un homme qui se fait allonger le pénis et ça finit sur le massacre de quatorze féministes canadiennes par un phallocrate fou…

A l’image d’une installation ironique de son cru (un mur patchwork, couvert de photos et d’affiches à l’effigie du dieu Phallus), Patric Jean signe un film mosaïque, voire fourre-tout. A vouloir évoquer tous les enjeux liés au sujet – le retour aux valeurs du patriarcat, le conditionnement socio-culturel des sexes, la valorisation des attributs de la virilité, le phénomène des femmes battues -, il survole certains thèmes et s’attarde sur d’autres. Une volonté d’exhaustivité qui l’empêche de se concentrer, par exemple, sur la guerre des sexes qui sévit au Québec. Dans la Belle Province, la lutte est sans pitié, en effet, entre les féministes historiques et un nouveau courant de machos bas du front, les « masculinistes ». Tapi sous l’illusion de l’égalité des sexes, le mâle dominant veille toujours… »

Mathilde Blottière.

2 commentaires pour « Un film débat au Caméo ce 26 novembre »

  1.  
    Aude D.
    27 novembre, 2009 | 19:42
     

    Je regrette vraiment de n’avoir pas pu le voir donc tout commentaire de personnes l’ayant visionné serait le bienvenu!

  2.  
    28 novembre, 2009 | 14:18
     

    Je compte justement poster un commentaire sur le film dans la semaine. A suivre ! Juliette

Laisser un commentaire