• Accueil
  • > Archives pour novembre 2009

Archives

Archive pour novembre 2009

Un film débat au Caméo ce 26 novembre

Le jeudi 26 novembre à 20h15, le cinéma Caméo de Metz projette un film traitant de la domination masculine ; il sera suivi d’un débat sur le sujet avec le réalisateur, Patrick Jean.

Un film débat au Caméo ce 26 novembre dans Annonces de nos actions 19183943

Un petit résumé du film :

On tient enfin le film indispensable, incontournable pour évoquer auprès de nos chères têtes blondes, un sujet qui gangrène vos salles de classe de manière frontale ou plus insidieuse : le sexisme et son corollaire l’homophobie. La Domination Masculine a l’immense avantage de parvenir à montrer de manière simple, parfois drôle malgré la gravité du sujet, et à partir d’une enquête rigoureuse menée en France, en Belgique et au Québec, une évidence pourtant souvent contestée par les machos de tout poil : malgré les combats féministes et leurs acquis, nous vivons toujours, même en Occident, dans une société patriarcale, où dès le plus jeune âge les modes de représentation sexués sont imposés, où la représentation de l’homme et de la femme dans le monde du travail est extrêmement codifiée et où les violences faites aux femmes sont toujours un fléau et, ce dans tous les milieux sociaux. Le film commence avec humour par une incursion dans une clinique de chirurgie très spéciale où les messieurs se sentant insuffisamment pourvus par dame nature viennent gagner un peu de virilité. Et il est assez fascinant de voir combien ceux qui se croient inférieurs de quelques deux ou trois centimètres se sentent pronfondément diminués, pathétique conséquence des schémas véhiculés régulièrement sur la masculinité. Puis le film s’en va dans un magasin de jouets où l’on constate atterrés combien les fabricants perpétuent les clichés sexistes, prévoyant pour les petites filles des machines à laver miniatures ou des fers à repasser, des déguisements exclusivement de princesses tandis que les garçons seront eux des super-héros. Puis, plus grave, le film aborde de manière bouleversante les violences faites aux femmes à travers le témoignage de victimes, mais aussi d’un cogneur a priori repenti. Et il met en lumière la manière dont aujourd’hui tout un mouvement « masculiniste », particulièrement florissant au Québec, mais qui essaime aussi en Belgique et en France, tente de relativiser la gravité des faits, faisant même des hommes de pauvres victimes, des « prédateurs sexuels castrés dans leur destin naturel ». Un discours qui tend à se banaliser et à se radicaliser. On est stupéfait d’apprendre que Marc Lépine, un psychopathe qui tua délibérément quatorze femmes à l’Université de Montréal, par haine avouée du féminisme, fait l’objet d’un culte aujourd’hui… Une joyeuse bande de tarés qui bien qu’issus généralement des milieux d’extrême-droite, déclarent qu’une « victoire des islamistes permettrait une victoire des hommes ». Autant dire que le film de Patric Jean a une valeur d’alerte essentielle alors que les témoignages du sexisme se multiplient.

Critique de « Télérama » :

 passable

« Rien de nouveau sous le soleil depuis Bourdieu : la domination masculine demeure ; telle est la thèse de ce documentaire volontiers provocateur, qui oscille entre séquences fortes et raccourcis maladroits… Ça commence par l’opération d’un homme qui se fait allonger le pénis et ça finit sur le massacre de quatorze féministes canadiennes par un phallocrate fou…

A l’image d’une installation ironique de son cru (un mur patchwork, couvert de photos et d’affiches à l’effigie du dieu Phallus), Patric Jean signe un film mosaïque, voire fourre-tout. A vouloir évoquer tous les enjeux liés au sujet – le retour aux valeurs du patriarcat, le conditionnement socio-culturel des sexes, la valorisation des attributs de la virilité, le phénomène des femmes battues -, il survole certains thèmes et s’attarde sur d’autres. Une volonté d’exhaustivité qui l’empêche de se concentrer, par exemple, sur la guerre des sexes qui sévit au Québec. Dans la Belle Province, la lutte est sans pitié, en effet, entre les féministes historiques et un nouveau courant de machos bas du front, les « masculinistes ». Tapi sous l’illusion de l’égalité des sexes, le mâle dominant veille toujours… »

Mathilde Blottière.



Le Viagra féminin ?

Pour ou contre un Viagra féminin ? Et d’ailleurs, est ce possible ?

C’est la question qu’on se pose en apprenant que le laboratoire allemand Boheringer Ingelheim, en étudiant une nouvelle molécule, la Flibansérine, lui découvert des vertus inattendues : son action cérébrale antidépressive agirait également sur le désir et surtout, sur l’orgasme féminin. L’équipe commence donc en ce moment des essais cliniques sur cinq mille femmes pour tester l’efficacité de cette molécule, et annonce d’ors et déjà sa commercialisation pour 2011, sous forme d’une pilule appellée l’Ectris.

Ce laboratoire allemand n’est pas précurseur en la matière : une autre tentative a été lancée en février 2007 par Procter et Gamble, sous la forme d’une sorte de patch, qui, collé sur l’abdomen de la femme, diffuse de la testostérone, hormone censée faciliter l’orgasme. Mais les effets secondaires ne sont pas moindres : modification de la voix, acné, prise de poids, augmentation de la pilosité … ainsi que cancers du sein et autres accidents cardiovasculaires ! Ce patch n’est donc aujourd’hui commercialisé que dans le cadre d’un traitement de baisse de la libido chez les femmes qui ont subi une ovariectomie (ablation des ovaires) et une hystérectomie (ménopause provoquée chirurgicalement).

Ectris aura t elle davantage de succès et surtout, y’a t il une demande de cet ordre chez les femmes ?

A suivre …

JL.

Le Viagra féminin ? dans Articles écrits par l'AEMF 200903181874_zoom



Quand la Suisse s’y met…

 

Quand la Suisse s'y met... dans Articles écrits par l'AEMF fast-so-schoen-wie-eine-frau-1243338537

« Presque aussi belle qu’une femme. Mais elle ne déraille pas » (mot-à-mot : « elle fait tic-tac correctement »).

Publicité machiste en provenance de… Suisse! On a osé l’afficher dans une des salles de cours de mon lycée et avec mon groupe de BTS compta.-gestion, constitué essentiellement de filles, nous projetons de créer une publicité en réponse à celle-ci.

Par exemple pour un nouveau portable : « Fast so schön wie ein Mann. Ist aber zuverlässiger » (« Presque aussi beau qu’un homme. Mais plus fiable »). Si vous avez d’autres idées…

 

Aude D.



Ségolène Royal souhaite distribuer des chèques-contraception dans les lycées de Poitou-Charentes

La présidente de la région Poitou-Charentes Ségolène Royal a annoncé jeudi qu’elle allait envoyer dans les lycées de sa région des « chèques-contraception » qui seront distribués par les infirmières scolaires, sans avoir « pour l’instant » reçu l’aval du ministère de l’Education.

Ces « chèques-contraception » vont être envoyés « en début de semaine prochaine » aux infirmières scolaires des lycées de la région Poitou-Charentes, a annoncé Ségolène Royal sur RMC-Info et BFM-TV. « Je vais le faire quand même », a-t-elle assuré, « malgré le blocage du ministère de l’Education nationale », qu’elle ne « comprend pas ».

En début de soirée, Luc Chatel a estimé que « l’Education nationale ne peut en aucun cas se subtituer au planning familial », « le seul qui est autorisé à prescrire à des mineurs de la contraception sans l’avis de leurs parents ». « Nous sommes là pour accompagner les élèves, nous avons du personnel compétent, qualifié, qui le fait au quotidien, mais nous n’avons pas à prescrire de la contraception, c’est un acte qui est réservé au planning familial », a souligné le ministre de l’Education nationale sur RTL.

Selon Ségolène Royal, chaque carnet, gratuit, offre un ticket qui permet « d’aller faire une consultation médicale gratuite », un deuxième « pour accéder à l’achat de contraceptifs », un autre « pour faire des analyses médicales » et un dernier « pour faire une visite de contrôle ».

« Je veux lutter contre les grossesses précoces des filles mineures », a-t-elle justifié, car quand celles-ci tombent enceintes « soit par défaut d’information, soit parce qu’elles sont isolées, soit parce qu’elles sont en rupture de famille, c’est une grande souffrance ».

Les pilules du lendemain sont déjà distribuées dans les établissements scolaires par les infirmières, a souligné la candidate PS à la dernière présidentielle, rappelant qu’elle avait oeuvré pour cette mesure. Mais « c’est encore mieux de prévenir », a-t-elle ajouté.

AP. Source : Yahoo.fr

Que pensez vous de cette mesure ?



Pub machiste

Parfois, avec les pubs machistes, on se dit que même les hommes doivent s’en sentir humiliés.

Pub machiste dans Articles écrits par l'AEMF PUB-MACHISTE-CHEZ-BMW



123